Par un acte additionnel adopté le 19 décembre 2001, à Dakar, à la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement, l’UEMOA instituait l’artisanat parmi les politiques sectorielles.

De même que le conseil des ministres de l’organisation sous régionale, recommandait la mise en œuvre d’un programme communautaire en matière d’artisanat.

L’étude sur le développement et la promotion des exportations des produits de l’artisanat des pays membres de l’UEMOA réalisée dans ce cadre par le Centre du Commerce International (CCI) en 2004 a retenu dans ses conclusions et recommandations, l’organisation d’une foire commerciale annuelle de l’artisanat dans chaque Etat membre.

Dans ce contexte sous régional marqué par le positionnement du Burkina Faso, avec le Salon International de l’Artisanat (SIAO) qui est devenu un rendez-vous classique après quatorze éditions, le Niger qui a réalisé en 2015 la neuvième édition du Salon de l’Artisanat pour la Femme (SAFEM), la Cote d’Ivoire qui a organisé la deuxième édition du Marché ivoirien de l’Artisanat (MIVA), le Sénégal ne peut et ne doit pas être en reste !

La multiplication et la diversification des salons
spécialisés contribuera sans nul doute à assurer une meilleure professionnalisation des artisans, tout en réalisant au sein de l’UEMOA un véritable marché intégré tant au niveau des produits que des acteurs professionnels.

Au niveau national, le Plan Sénégal Emergent (PSE), dans ses grandes lignes reconnait l’Artisanat comme une composante non négligeable du secteur privé.
Le secteur de l’artisanat a un rôle important à jouer dans la
mise en œuvre d’axes stratégiques portant sur la transformation structurelle de l’économie et dans la promotion de ressources humaines de qualité.

C’est pourquoi, le ministère de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’artisanat, tutelle technique de l’APDA, a inscrit dans son Plan stratégique un Programme de Développement de l’Artisanat, conformément aux directives de l’UEMOA.

Malgré cette position de secteur incontournable sur l’échiquier national au plan économique, culturel et social, l’Artisanat n’a pas encore joué pleinement son rôle, compte tenu de son énorme potentiel. Ceci, tout simplement par manque de promotion et de débouchées pour une meilleure commercialisation de ses produits.

Et pourtant, le Sénégal est réputé être un pays reconnu par son expertise dans le domaine de l’organisation d’actions de Marketing de promotion et de communication de grande envergure.Comprenant sa mission, l’Agence pour la Promotion et le Développement de l’Artisanat (APDA), en accord avec sa tutelle technique, s’est engagée à organiser la première édition du Salon

International de l’Artisanat de Dakar (SIAD).

II.1. L’objectIf généraL est d’accompagner L’etat dans
ses efforts de promotIon et de déveLoppement du secteur de L’artIsanat.

II.2. Les objectIfs spécIfIques :

  • Faire du SIAD une vitrine des meilleurs produits de l’artisanat ;
  • Encourager les populations au consommer local ;
  • Faire du SIAD une plateforme de rencontre des différents acteurs du secteur ;
  • Les meilleurs produits de l’artisanat sont promus :
  • Les populations adhèrent au concept du consommer local
  • Le SIAD devient une plateforme bi annuelle de rencontredes acteurs du secteur.